Pierre Valdo

15VALDO
New product

9,48 €

- +

 
En savoir plus

Précurseur de la Réforme, Pierre Valdo, riche marchand lyonnais, a vécu au début du XIIIe siècle. Il fut l’inspirateur du mouvement vaudois. Le message prophétique de Valdo est allé peut-être plus loin que celui des Réformateurs du XVIe siècle.

110 pages


Extrait :


Mais Valdo ne prit pas son parti de la prohibition injuste qui l'avait exilé de sa ville. Si le chef du catholicisme à Lyon l'empêchait d'accomplir une oeuvre aussi sainte, il recourrait à Rome et obtiendrait justice auprès du Chef Suprême de l'Eglise. Généreuse illusion, que la plupart des réformateurs de tous les temps ont partagée au début de leur carrière !


Valdo en appela donc au pape Alexandre III, qui venait de convoquer le troisième concile de Latran.

Cette assemblée solennelle de la chrétienté occidentale siégea du 5 au 19 mars 1179, avec le concours de 302 évêques, outre les Autorités de l'Eglise et de la ville de Rome. Le pape, que ses sujets avaient tenu en exil pendant dix ans, était rentré depuis un an à Rome.

Bien que Valdo ne soit pas nommé dans les actes du concile, sa présence est attestée par plus d'un auteur. La chronique, qui nous sert de guide principal dans ce récit, assure que les prédicateurs lyonnais furent appelés au concile ; c'est-à-dire, que leur appel était admis et que leur cause allait être jugée


Valdo arrivait dans la Ville Eternelle, sûr du succès de sa cause, le vicaire de Christ ne pouvant manquer de l'approuver pour avoir suivi le précepte donné par le Sauveur au jeune homme riche.


Les prélats, chamarrés d'or et de pourpre, ne daignèrent sans doute pas remarquer ces pauvres pèlerins vêtus de bure. Par contre, Alexandre, qui à Venise avait donné son pied à baiser à l'orgueilleux empereur Frédéric Barberousse, aurait embrassé Valdo. Valdesium amplexatus est papa, dit notre auteur, en signe d'approbation de son voeu de pauvreté volontaire. Un nouvel ordre monastique ne pouvait être qu'un régi-ment de plus au service de la Cour de Rome. Valdo dut promettre d'observer, à côté des Saintes Ecritures, les enseignements des quatre grands docteurs : Ambroise, Augustin, Grégoire et Jérôme.


D'ailleurs, des maximes, tirées de ces auteurs, constituaient déjà les Sentences, qui étaient annexées à la traduction de la Bible qu'il avait fait faire. D'après une relation, de source vaudoise et quelque peu tardive, Valdo aurait prêché dans la ville en y faisant plusieurs disciples et aurait acquis l'approbation et l'appui d'un cardinal des Pouilles.
 

20 autres produits dans la même catégorie :